Conséquences du COVID sur les modes d’achats consommateurs

virus-4999857_1280Ce n’est pas un secret, la crise du Covid aura eu des conséquences profondes sur le comportement et les priorités d’achat des consommateurs français & européens.

Pour les retailers comme pour les professionnels de l’IT, la question est donc de savoir si les magasins attireront toujours autant les foules à l’avenir.

Une étude menée par Opinium fait apparaître des chiffres révélateurs :

  • En France

Au plus fort de la crise, il apparait que plus des trois quarts (78%) des plus de 55 ans ont réduit leurs dépenses, contre un peu plus de la moitié (51%) des 18-34 ans. La moyenne nationale est de 63%.

Dans le même temps, les distributeurs ont été confrontés à des difficultés en termes de disponibilité des produits en pleine pandémie.
Ceci s’explique par une hausse importante des achats sur certains produits de grande consommation (générée par la crainte de pénuries), et des difficultés logistiques ayant touché le transport de marchandises international.

Concernant le parcours d’achat, l’étude souligne un chiffre important :

Après la crise, les consommateurs auront tendance à moins fréquenter les magasins qu’avant ; – 24% pour les magasins alimentaires et -33% pour les magasins non alimentaires.

Les habitudes d’achat se voient profondément modifiées :

42 % des acheteurs sondés (dont 57 % des 18-34 ans) achètent davantage en ligne.
Parmi eux, 73 % (dont 80% des 18 – 34 ans) affirment qu’ils continueront à privilégier leurs achats en ligne même après la fin de la crise.

Les postes de dépenses ont aussi changé : 68% des acheteurs affirment acheter moins de vêtements, 36% disent moins dépenser pour leur santé, 61% indiquent moins acheter de produits électroniques.

  • En Europe

64 % des sondés qui dépensent davantage en ligne ont affirmé qu’ils continueront à le faire une fois la crise passée.

Bien que les chiffres anticipent qu’acheter en magasin restera une habitude d’achat importante, 19% des acheteurs ont néanmoins affirmé qu’ils se rendraient moins souvent dans les commerces de proximité qu’avant. Ce chiffre passe à 27% pour les autres magasins.

Concernant les types de produits achetés, 58% des consommateurs européens ont moins dépensés en habillement depuis la mise en place des restrictions liées à la crise sanitaire. La même tendance s’observe pour les achats de produits électronique et bricolage (-40% à -45% en valeur d’achat).
Seul le secteur de la santé semble avoir bénéficié de cette période, avec 23% des acheteurs affirmant avoir dépensé davantage.

Par ailleurs, un chiffre important à retenir est que plus d’un tiers (35%) des consommateurs européens sondés affirment qu’ils ont davantage tendance à faire leurs achats alimentaires en ligne. Ceci pourrait être révélateur d’une plus forte démocratisation du recours aux achats en ligne, tout secteur confondu.

Il est donc à anticiper que le Covid-19 aura clairement un impact à long terme à la fois sur les montants des dépenses par secteur, mais également sur le parcours d’achat des consommateurs.