Les impacts du Brexit vu par Lorna, partenaire IRIS Informatique

iris brexit 

MarcInternational sales engineer chez IRIS a interviewé Lorna,  partenaire Iris, positionnée au Royaume Uni.
Le thème de cet échange : le point de vue de Lorna sur le Brexit.

M : Tout d’abord, quelles actions immédiates ont été prises lorsque le vote du Brexit a été accepté, et comment votre entreprise a-t-elle réagi à cette annonce ? L : Les conséquences potentielles de ce vote étaient – et sont toujours – difficiles à prédire, car les termes de la sortie de l’UE sont sujets à de grandes  variations. Bien que beaucoup de nos clients ont réagi avec panique et ont envisagé la constitution d’une réserve de stock de pièces plus importante au Royaume Uni, cela ne s’est finalement pas produit. La majorité de nos clients ont adopté la même approche que la nôtre : faisons preuve de patience et attendons de voir l’évolution du processus avant de passer à l’action.

 

  • M : Dans le cas d’un Brexit « no deal », quels seront les impacts sur votre service delivery ?
    L : Le seul impact important serait une augmentation des taxes sur les pièces entrant sur le territoire britannique, ainsi que des temps d’expédition plus longs à cause des contrôles aux frontières.

 

  • M : Avez-vous eu des discussions avec des clients inquiétés par le Brexit ? Quels sont leurs principales inquiétudes ?
    L : La plupart de nos clients sont préoccupés par les délais de livraison plus longs, le manque de main d’œuvre dû aux nouvelles restrictions sur la libre circulation des personnes ou des Européens résidant aux UK décidant de rentrer dans leur pays d’origine. Également, ils se posent des questions sur les coûts ou délais supplémentaires concernant leurs voyages d’affaires entre l’ EU et le Royaume Uni

 

  • M : Comment votre entreprise s’est-elle préparée pour les différents scénarios du Brexit ?
    L : Nous avons accompagnés nos clients en organisant des sessions de discussion pour écouter leurs inquiétudes et y répondre au mieux.
    S’assurer d’avoir différentes entités/filiales installées dans plusieurs pays européens est une des clés.

 

  • M : Malgré l’anxiété et les conséquences destructrices anticipées autour du Brexit, l’économie du Royaume Uni ne semble pas si impactée. Quelle est d’après vous la raison de ce maintien de dynamisme ?
    L : Le PIB et l’état de santé optimiste du marché de l’emploi sont l’effet des marchés internationaux bénéficiant du maintien de la livre sterling, soutenue par un nombre important d’institutions internationales. Nous prévoyons des turbulence d’ici 9 à 12 mois. Si le Royaume Uni quitte l’Europe avec un accord juste, alors le marché britannique peut espérer se maintenir à un bon niveau économique. S’il n’y a pas d’accord ou un accord déséquilibré, les conséquences pourraient être beaucoup plus marquées.

 

  • M : Comment parviendrez-vous à acheter notre vin français si le Brexit est voté ?
    L : Le vin français ? Nous avons beaucoup de très bons vins venant de partout dans le monde et aussi du Royaume Uni. L’attrait pour Le Piat D’Or n’est plus si développé !

 

Iris Informatique remercie Lorna pour sa disponibilité.