Les 9 défis qui attendent l’entreprise numérique selon le Cigref

Dans un nouvel ouvrage collectif, le club des grands DSI français livre sa réflexion sur les enjeux stratégiques et managériaux que doivent relever les entreprises pour réussir leur transformation numérique.

Le Cigref tenait ce lundi 20 octobre son assemblée générale. L’occasion pour ce club qui réunit les DSI de 139 grandes entreprises françaises de livrer le fruit de ses réflexions dans un e-book intitulé « l’Entreprise 2020 à l’ère numérique, ses enjeux et défis ». L’ouvrage collectif se nourrit des 44 ans d’existence du Cigref, des études menées au sein de sa fondation et par une précédente publication « l’Entreprise numérique, quelles stratégies pour 2015 », remontant à 2010.

Dans la première partie, le Cigref identifie neuf enjeux stratégiques et managériaux que doivent relever les entreprises pour réussir leur transformation numérique. Le premier n’est pas le moindre puisqu’il s’agit de réinventer les modèles d’affaires, sous risque de disparaître ! Dans tous les secteurs d’activité, le numérique déstabilise les positions établies. Bousculées par les pure players du web, et plus particulièrement les fameux GAFA, les entreprises traditionnelles doivent accepter de se remettre en cause et de changer de business model.

Cela ne peut pas se faire seul. Le deuxième défi vise donc à s’ouvrir et multiplier les partenariats. L’entreprise doit coopérer avec ses partenaires mais aussi des fournisseurs, des consommateurs, voire des concurrents. « L’entreprise numérique a un énorme besoin d’interactions à l’image des particuliers qui se nourrissent de leurs contacts sur les réseaux sociaux », illustre Jean-Marc Lagoutte, DSI de Danone.

DSI d’Air France KLM, Jean-Christophe Lalanne (photo) en appelle, lui, à une collaboration accrue avec les startups dans un esprit French Tech. Ce qui suppose que les directions achats desserrent l’étau du référencement pour faire la part belle aux PME innovantes. Le Cigref rappelle aussi sa coopération historique avec Syntec Numérique, le syndicat professionnel des fournisseurs IT.

L’ouverture doit aussi se faire en interne et l’entreprise doit repenser l’organisation pour mieux innover. Fini les organisations hiérarchiques en silos, place à un fonctionnement en étoile. Brainstorming, hackathon, open innovation, crowdsourcing, réseau social d’entreprise… l’entreprise de 2020 adoptera aussi tous les codes du numérique.

Valoriser les données tout en créant un climat de confiance
Le numérique ne peut toutefois que s’exercer que dans un cadre de confiance. A l’heure du big data, l’entreprise doit mettre de l’éthique dans les TIC. Respect de la vie privée, droit à l’oubli, maîtrise des données personnelles… « L’entreprise doit laisser les individus s’approprier et gérer efficacement leur identité numérique », estime Georges Epinette, DSI du groupement des Mousquetaires. Ce qui passe par la sensibilisation des consommateurs, l’élaboration d’une charte ou le recours à un tiers de confiance.

« Ce capital de données n’est pas géré et valorisé au même niveau que les autres actifs de l’entreprise que sont, par exemple, l’immobilier ou un parc de machines, regrette Régis Delayat, DSI de Scor. On doit travailler sur le data management. »

Mais cette dématérialisation des échanges induit aussi de nouveaux risques qu’il convient de maîtriser, de la localisation des données dans le cloud aux violations de la propriété intellectuelle. Pour Bruno Brocheton, DSI d’Euro Disney, « il convient de sensibiliser les collaborateurs à ces risques pour qu’ils ne soient pas le maillon faible de la politique de sécurité. » Dans cette optique, le Cigref prépare un serious game pour soutenir ces actions de prévention.
L’Etat doit aussi jouer son rôle et définir le cadre règlementaire et normatif adapté à cette nouvelle économie afin de protéger l’individu sans pour autant freiner les nouvelles activités liées à la valorisation des données.

Le numérique doit être au service du bien-être au travail
Les trois défis restants relèvent des ressources humaines. Il s’agit d’instiller une culture du numérique en interne qui ne crée pas de fractures générationnelles et assure la mixité des équipes. L’entreprise doit aussi se poser la question de son l’organisation à l’heure du numérique. Jusqu’où pousser la dématérialisation des échanges sans déshumaniser les rapports au travail ?

Pour Georges Epinette (photo), le numérique doit, au contraire, renforcer le bien-être ensemble. Il préconise notamment de garantir un droit à la déconnexion hors des heures de bureau, et d’élaborer une charte des usages pour prévenir les risques psychosociaux. Le phénomène du Byod doit être aussi, selon lui, encadré pour ne pas entraîner une interpénétration des sphères privée et professionnelle.

En posant ainsi le bon cadre, l’entreprise est en mesure d’attirer et de fidéliser les meilleurs talents. DSI d’Essilor, Bernard Duverneuil a cerné deux types de profils particulièrement recherchés : les compétences liées à l’architecture et à l’intégration et les spécialistes des données (business intelligence, data analytics).

Enfin, le dernier enjeu porte sur le leadership numérique des dirigeants. Savent-ils s’entourer de directeurs métiers rompus aux réseaux sociaux ? Ont-ils eux même cette appétence ? Car pour Bernard Duverneuil, la transformation numérique des entreprises suppose une capacité à prendre plus de risques, à raccourcir les cycles de décision, à travailler avec des PME et des startups.
Pour mettre en musique toutes ces bonnes résolutions, la seconde partie de l’ouvrage est consacrée à la contribution de la fonction SI à la transformation numérique de l’entreprise.

Neuf enjeux et défis pour les entreprises à l’horizon 2020
1 – Réinventer les modèles d’affaires… ou disparaître !
2 – Multiplier les partenariats : seul on ne peut plus rien !
3 – Repenser l’organisation pour mieux innover
4 – Valoriser les données et créer la confiance
5 – Maîtriser les nouveaux risques numériques
6 – Promouvoir un cadre règlementaire et normatif adapté
7 – Développer la culture numérique des femmes et des hommes
8 – Attirer et fidéliser les meilleurs talents
9 – Renforcer le e-leadership des dirigeants

Article tiré de pro.01net.com